Portrait de médiateur : Sébastien Chaput

Publié le par Claude Borghetto

Je suis  très heureuse de vous présenter un jeune confrère , membre du Club Actumediation , club de médiateurs Auvergnats indépendants et diplômés.

Sébastien Chaput est en recherche d'emploi donc n'hésitez pas à diffuser largement ce portrait !

Vous pouvez le rencontrer jeudi 11 Mai : il  présentera et animera le 10e café Médiation du Club Actumediation.

Rendez - vous à 18h , jeudi 11 Mai à l'épicerie M à Clermont Ferrand pour discuter avec Sébastien de la médiation pénale.

Sébastien , quel est votre parcours ?

 

 

 

 

Après le baccalauréat j'ai obtenu une Licence en Droit Privé Général, à la Faculté de Droit de Clermont-Ferrand, en 2011. Par la suite, j’ai poursuivi ma formation juridique par un Master en Droit Pénal et Carrière Judicaire, ainsi qu’un Certificat en Sciences Criminelles au sein de l’Université Montesquieu Bordeaux 4, non sanctionnés de diplômes. Ayant dû un temps arrêter mes études, j’ai repris ces dernières en 2015, année au cours de laquelle j’ai obtenu un Diplôme Universitaire en Médiation, sous la direction de Madame Claude Borghetto, ainsi qu’un Master 1 en Sécurité Publique à l’École de Droit de Clermont-Ferrand, Université d’Auvergne.

J’ai également pris l’initiative d’effectuer un stage en médiation pénale, auprès de Madame Nathalie Capel, au sein de l’association « Action Socio-judiciaire Auprès des Victimes et Auteurs d’Infractions Pénales », entité privée, habilitée par le Procureur de la République et dirigée par Madame Cidalia Ribeiro. La réalisation de ce stage m’a permis de découvrir au plus près la pratique de la médiation pénale, qui présente quelques particularités par rapport à la médiation familiale ou d'entreprise. Notamment la présence du Procureur de la République, qui bien qu'implicite se fait malgré tout ressentir. Ce stage m'a également été d'une grande aide pratique quant à la rédaction de mon mémoire dans le cadre du DU. La médiation pénale permet d’offrir aux parties un espace de parole souvent nécessaire, voire indispensable, dans une situation conflictuelle engendrant violences et souffrances, tout en contribuant à la restauration du lien social et au désengorgement des tribunaux. Elle revêt donc un aspect tout à la fois humain, social et juridique très intéressant, ce qui m’a conforté dans l’idée d’exercer en qualité de médiateur pénal.

 

 

 

 

Pourquoi avez - vous fait le choix de vous former  en médiation?

 

 

 

 

 

La médiation étant une discipline à part entière, y être formée est indispensable afin de permettre son application par de véritables professionnels, spécialement diplômés en médiation et disposant donc des techniques indispensables à maîtriser pour un médiateur digne de ce nom. En outre, ces techniques ne peuvent être apprises que par le biais d'une réelle formation, que ce soit un master, un DU ou encore le DEMF en matière familial. De plus la médiation n'étant pas reconnu à sa juste valeur, tout le monde peut se déclarer médiateur du jour au lendemain, et ce avec ou sans formation, ce qui est parfaitement scandaleux! Imagine-t-on un seul instant que n'importe qui puisse se déclarer avocat, notaire ou huissier??! Cela ne vous choquerai-t-il pas? Auriez vous confiance en ces pseudos professionnels non formés et non diplômés? Seraient-t-ils crédibles? J'en doute fort. La formation permet donc à la médiation d'être dispensée par des professionnels qui savent de quoi ils parlent, qui ne confondent pas médiation et conciliation par exemple, qui maîtrisent les techniques et le processus de médiation. Voilà pourquoi la formation en médiation est indispensable, et ce n'est évidemment pas avec des "pseudos formations expresses" de quelques heures seulement que l'acquisition des techniques de médiations et de maîtrise de son processus peuvent se faire.

 

 

 

Quelle image associez-vous à la médiation ?

 

 

 

 

J'associe à la médiation une image de respect mutuel, d'impartialité, de responsabilité, d'indépendance, de neutralité, de bienveillance, de confidentialité, le secret étant garanti pour les médiés. La médiation permet aux individus de retrouver confiance en eux, de leur montrer que nous, médiateurs, leurs faisons également confiance quant à la résolution de leur conflit par eux mêmes.

La médiation me fait penser au calme et à la sérénité d'une mer d'huile, avec bien sûr quelques agitations, la médiation n'est pas une science exacte et les relations humaines ne sont jamais ni lisses ni parfaites, pour aboutir à une destination inattendue. A la différence d'un procès qui me donne l'image d'une longue traversée en pleine mer et en pleine tempête pour une destination le plus souvent loin de toutes attentes.

 

 

Que vous souhaiter pour 2017 ?

 

 

 

 

 

 

Étant d'une formation plutôt pénaliste, un poste de médiateur pénal, ou intervenant socio- judiciaire, pour lequel je suis prêt à suivre les formations dispensées par l'association citoyens et justice, me conviendrait parfaitement.

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes élu Président de la République en 2017 : quelle serait votre mesure phare en médiation?

 

 

 

 

Moi Président de la République, je donnerai ses lettres de noblesses à la médiation. A l'instar de nos partenaires avocats, je ferai de la médiation une véritable profession libérale, et non une simple activité secondaire dans la vie professionnelle d'un médiateur.

Moi Président de la République, j'imposerai la création d'un ordre des médiateurs.

Moi Président de la République, j'imposerai une véritable formation à quiconque souhaite s'inscrire à l'ordre des médiateurs et exercer ès qualité.

 

 

Publié dans galerie de portraits

Commenter cet article