Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dites , Madame , c'est quoi , la résilience ?

Publié le par Claude Borghetto

"Les gens heureux ne sont pas ceux qui ont été les plus épargnés par la vie.
Ce sont ceux qui ont su en tirer une force vive pour rebondir." 

 

Pendant le confinement , un jeune m'a demandé d'expliquer ce qu'était le concept de résilience . Pas facile à présenter en faisant oeuvre de pédagogie à des jeunes qui n'ont jamais ouvert un bouquin de psycho !

Allez hop , on essaie !

Pour parler résilience , il faut évidemment évoquer les traumas.

Le trauma, il faut en parler.

Une blessure psychique , un traumatisme physique , et parfois les 2 ! 

Un trauma psychique , c'est un choc émotionnel , des affects provoqués par une situation. Qui dit trauma dit blessure.

Mais il ne faut pas oublier que le trauma , c'est aussi l'expression des composantes névrotiques de la personnalité , c'est à dire de conflits intrapsychiques préexistants mais stimulés et amplifiés par des circonstances extérieures.

Des personnes présentent parfois des troubles  d'ordre émotionnel,  une grande anxiété par exemple, au moindre rappel d'un accident , des cauchemars aussi , des souvenirs obsessionnels , une modification profonde de l'affectivité. Vous vous reconnaissez ? 

En fait , la situation remet radicalement en question ce qui fonde une existence , c'est à dire tout ce qui est créateur de stabilité et de sécurité dans une vie.

Evènement traumatique = évènement stressant ET blessure  psychique donc réaction de stress !

Ne jamais oublier que c'est normal d'avoir un état de stress consécutif à un évènement traumatique.

Et apparaît la souffrance psychique. Le rapport au monde social s'en trouve complexifié : or, c'est dans la relation à autrui que chacun peut se construire ou ....être détruit.

Un personne blessée , c'est un être marqué. On dit souvent d'ailleurs " marqué au fer rouge".

Mais être vulnérable , ça veut dire quoi ? Tout le monde n'est pas marqué de la même façon, chacun réagit à sa manière .Comme le disait notre cher ami Freud en parlant d'une "sensibilité propre à chacun et qui le rend réceptif , perméable , touchable".

Réactivité et fragilité par rapport aux évènements sont très personnels !

Attention quand même au fameux sentiment d'invulnérabilité ! S'il est très développé, ouille !

Quid des ruminations mentales ?

Le fait de se trouver ramené de manière répétitive au passé a pour conséquence de figer la dynamique temporelle : passé , présent , avenir, et de la geler en quelque sorte dans l'étau du trauma, ouille ! On se retrouve ligoté par le passé, un passé traumatisant qui continue à envahir notre esprit , nos émotions, et ça, toute la vie !

Incapable d'investir le présent car nous sommes sans cesse renvoyés dans le passé!

 

Mais la vie n'est pas un temps mort ! On ne peut pas rester sans perspective d'avenir !

Notre éventuelle incapacité , impossibilité à oublier, nous affecte de manière profonde et notamment les processus psychiques en oeuvre dans la mémoire: elle révèle une mémoire qui n'arrive plus à faire son travail.

Pour vivre , il faut oublier !

Il est nécessaire de faire le deuil de ce qu'on a perdu .

Le vécu traumatisant se trouve continuellement réactivé après coup , aie aie aie.....

La souffrance  va être un facteur de changement de personnalité, par exemple de l'agressivité ou de l'indifférence . Les troubles corporels et la souffrance psychique sont indissociables.

Etre dépressif , ça veut dire quoi ? ça veut dire avoir un sentiment de perte de sa capacité à agir. On est impuissant face à ce qu'on vit. D'où le repli sur soi car on se sent incompris.

La réaction émotionnelle est caractérisée par la peur et l'insécurité ( un monde dangereux et menaçant...). C'est évidemment source de nouvelles angoisses. Et cela entretient la blessure .

A noter que les personnes autoritaires développent un sentiment de culpabilité voire de responsabilité dû au respect des normes sociales et d'une soumission à l'autorité.

Pour les personnes blessées, le retour dans un contexte social ordinaire est vécu comme une confrontation problématique : le blessé fait l'expérience qu'il vit dans 2 mondes.  Il  se sent déphasé , il perçoit un fossé entre lui et le monde extérieur, il a le sentiment de ne plus être comme les autres et de ne plus pouvoir vivre comme tout le monde.

Le retour dans un monde normal est un vrai parcours du combattant .

J'entends souvent parler de mort sociale : changement de métier, abandon forcé de nombreuses activités sociales avec le risque de désocialisation, c'est compliqué !

Les personnes disent aussi avoir le sentiment d'être stigmatisées par leur blessure , l'impression d'être difficilement "gérables" socialement.

Etre victime, c'est faire l'objet d'une perception sociale. Les victimes signalent le jugement social récurrent porté sur elles. Etre victime , c'est être classé dans une catégorie qui nous distingue des autres. C'est bien sûr être enfermé dans un cadre réducteur.Le jugement social construit l'identité sociale de la victime.

 

Quel soutien  et pour quelle résilience ?

 

La qualité de la relation est importante car le réconfort a une fonction réparatrice. Enveloppe affective et réseau social ne sont pas à négliger car les liens sont guérisseurs et ils constituent une véritable protection contre la douleur et le repli. Bref , un conseil : ne restez jamais seul !  La valeur du soutien affectif est d 'autant plus grande que les attentes envers quelqu'un sont grandes.

Evidemment , les compétences psychosociales sont altérées , c'est à dire la manière de se comporter socialement de façon adéquate. Le problème étant d'arriver à vivre socialement avec la blessure .

 

Mais la bonne nouvelle , c'est que les  capacités adaptatrices et les ressources du Moi sont énoooormes !

Alors , la résilience , c'est quoi ?

C'est l'aptitude à résister aux chocs psychiques et à tenir le coup , la capacité du psychisme à encaisser ce qui nous a marqués.

Et je peux vous le dire , sûre de moi : la capacité humaine à faire face aux épreuves et même à en sortir transformé est colossale ! Mais je peux vous dire avec la même certitude que le maintien dans le ressentiment est dangereux!

Mettre à distance la blessure , c'est renouer une relation précaire avec les joies de la vie.

Prudence aussi ! Le déni étant une forme de refus de la réalité, attention à cela....Voir malheureusement la force et le rôle des croyances dans des illusions. Le déni est passager dans la vie courante mais il a tendance à devenir durable dans le cas d'un trauma.

 

Moi , je me protège ! entend-on parfois.

Les mécanismes de protection peuvent aussi être des carapaces; c'est à dire un blindage psychologique , comme une sorte d'anesthésie affective.  Et qui amène certains , pour leur malheur , à être froids et distants. La contenance est énorme, regardez autour de vous : certains présentent une attitude de froideur et de dureté typiques de ce blindage. L'insensibilisation psychique est liée à l'épreuve endurée .

Il faut donc un programme minimum par rapport à l'extérieur et aux autres.

Objectif : reconstruire le sentiment de soi en s'engageant dans un autre projet de vie et apprendre à vivre autrement .

Vivre avec ses blessures , c'est un autre apprentissage de l'existence . Les déterminismes extérieurs ne sont jamais absolus et définitifs.

Dites , Docteur , je vais guérir ?

Of course ! Mais attention , comprenons-nous bien : la guérison n'est pas la restauration d'un état intérieur d'intégrité. C'est au contraire , un véritable et consistant travail intérieur de reconstruction parfois long et  de temps en temps douloureux de la vie.

Un enjeu psychique important mais génial : la possibilité de re-créer sa vie ! A vous de jouer !

Je dédie ce post à toutes celles qui luttent en ce moment même contre un cancer du sein . Tenez bon , les filles. Vous n'êtes pas seules.

Je répète : vous n'êtes pas seules .

 

Avec vous , toujours.

 

Partager cet article

Repost0

Et si Trump affrontait Kennedy en Novembre 2020 , qu'est ce qui se passerait ?

Publié le par Claude Borghetto

Et si Trump affrontait Kennedy en Novembre 2020 , qu'est ce qui se passerait ?

La Une du New York Times en ce Dimanche 24 Mai 2020  est impressionnante. Et terrible . Un titre foudroyant et triste , infiniment triste : “Les États-Unis approchent les 100.000 morts, une perte incommensurable”. ( https://www.nytimes.com/interactive/2020/05/24/us/us-coronavirus-deaths-100000.html)

En cette année d'élection présidentielle Américaine , je ne peux m'empêcher de faire la comparaison entre Kennedy et Trump. Pourquoi ? Mais parce que John Kennedy a été élu le 8 Novembre 1960 35e  Président des Etats- Unis , d'une courte victoire contre Nixon ( 49.7% / 49.5%) .

60 ans plus tard , Trump est déjà en campagne en Mars, en pleine pandémie de Covid 19  pour un 2e mandat ! A sa gloire .

Joe Biden , son futur et déjà adversaire démocrate , l'affronte avec l'aide d'un Barack Obama qui s'est lancé dans la bataille ...contre Trump et/ou  pour Biden. (https://www.lemonde.fr/international/article/2020/10/22/presidentielle-americaine-j-12-barack-obama-reprend-du-service-contre-donald-trump_6056915_3210.html)

 

On dit que Trump ne supporte pas la comparaison avec Obama. Et avec Kennedy ? Et si Donald affrontait John , qui gagnerait ?

Envie de comparer ?

Suivez- moi  dans le match Trump / Kennedy !

 

Chapitre 1 Les origines

 

John Fitzgerald Kennedy , plus communément appelé JFK , vient d'une famille irlandaise catholique  cernée par les WASP dans une Amérique encore puritaine , très puritaine. Son arrière- grand- père , Patrick Kennedy, est l'un de ces migrants parmi le million d'irlandais dans la 2e moitié du 19e siècle fuyant la famine et les Anglais ! Et s'installe à Boston , tonnelier dans un quartier populaire . Son père , l'impitoyable Joe, va gagner son 1er million de dollars  grâce au cinéma et à l'immobilier et dans la foulée rivalise avec l'aristocratie protestante Bostonienne.

Nom: Trump. Prénom : Donald

Mère écossaise de l'île de Lewis ( berceau du tweed ) , d'origine modeste  et branche paternelle allemande toute aussi modeste : des grands parents issus de Kallstadt  et notamment un grand père allemand parti à New York en 1885...pour faire fortune et qui s'oriente vers l'Ouest , ruée vers l'or oblige !  Fortune qu'il fera effectivement....dans les saloons !

Trump , de l'allemand "Trumpf "qui veut dire " tambour". No comment ! Un  trumpf , un tambour , cela fait du bruit , on vous le confirme.

Conclusion : une ambition familiale forte pour les deux hommes issus de l'immigration. Une  forte envie d'y arriver. Rien à redire là dessus.

Kennedy 0/ Trump 0

Chapitre 2 - Leurs familles

 

A peine élu , John nomme son frère , Bobby, au Ministère de la Justice , c'est à dire Procureur général des Etats -Unis , faisant de son frère un "Président bis" aux dires de certains. Pas vraiment déontologique , contraire à la Constitution qui n'aime pas le népotisme, mais intéressante pour les Afro Américains qui vont avoir un allié en la personne de Bobby .

Du côté de Donald , comment  dire ....

Jared Kushner , gendre carriériste de Trump,  marié à la non moins ambitieuse fille de Donald , Ivanka , est devenu par l'opération non pas du St Esprit mais de Donald , Haut conseiller à la Maison Blanche, à tout juste 36 ans . Son parcours ? Harvard en sociologie puis du Droit. Ambitieux et intelligent , le jeune homme? Certains en doutent au vu de la donation de 2.5 millions de dollars que son père aurait fait à la prestigieuse université et au vu de ses mauvaises notes..... Ouille....Tout s'achète , tout se vend , paraît-il... Il a d'ailleurs acquis  le journal conservateur "The New York Observer" pour 10 millions de dollars mais ses relations avec les différents rédacteurs en chef ont été houleuses : en sept ans, six responsables , ouille !

Conclusion : pas très clair des deux côtés....

Kennedy 0- Trump 0

Et si Trump affrontait Kennedy en Novembre 2020 , qu'est ce qui se passerait ? Et si Trump affrontait Kennedy en Novembre 2020 , qu'est ce qui se passerait ?

Chapitre 3 - L'armée

 

JFK , dans la nuit du 1er au 2 Août 1943 , voit son patrouilleur coupé en 2 par un destroyer japonais en plein Pacifique. Blessé, il ramène pourtant à la nage un homme de l'équipage mutilé vers une île à ...5 kms. Et organise le sauvetage de 10 autres hommes. Le lieutenant Kennedy sera décoré mais gardera des séquelles douloureuses  qui se greffent sur sa grave maladie des os supporté courageusement depuis l'enfance. Il devient malgré lui un héros de guerre.

Donald Trump , jeune, pratique  assidûment plusieurs sports ( foot , tennis, squash , golf): il apparaît en pleine forme mais se fait réformer pour une excroissance osseuse au talon. Et ment là dessus , inventant un tirage au sort favorable mais qui n'a en fait lieu  que 18 mois après son exemption ! Il échappe 5 fois au service militaire et évite le sujet depuis. (https://www.lepoint.fr/monde/le-petit-mensonge-de-donald-trump-sur-son-service-militaire-03-08-2016-2058896_24.php#) 

America First ? Oui , après lui.

Conclusion : à part le golf , ils n'ont rien en commun.

Kennedy 1 / Trump 0

Chapitre 4 - Gentlemen ?

 

John apparaît comme l'idéal masculin pour de nombreuses femmes et tout aussi nombreuses conquêtes féminines. Pourvu d'un charisme incroyable, il met sous son charme ces messieurs et dans son lit ces dames.  C'est incontestablement un coureur de jupons notoire. Marylin , mondialement connue mais aussi Inga Irvad , plus discrète ...surtout dans la loge d'Hitler en 1936 aux JO de Berlin et pus dangereuse , Judith Campbell, en lien direct avec la mafia qu'il partage d'ailleurs  en maîtresse avec le parrain de Chicago, Sam Giancana, ouille....Et puis Mary Meyer , mystérieusement assassinée dans la foulée de JFK....

Vous avez dit liaisons fatales ? 

Donald :  idéal masculin? Comment dire ...Heu, non , on ne dirait pas ça .

Agresseur , harceleur notoire , on ne compte plus les plaintes lancées contre Trump, y compris pour viol. Et il faut beaucoup de courage pour l'affronter car le monsieur a l'épiderme sensible . Juste l'épiderme évidemment. (https://www.parismatch.com/Actu/International/Donald-Trump-et-les-femmes-une-chronologie). 

"J’ai tout ce que je veux»,  dit-il en 1976.  Il développe ses idées sur le sujet en 1987 dans son livre «The Art of the deal» ...ou une certaine idée de la femme . Dans son best-seller, Donald Trump livrait sa vision de la femme pour expliquer son client idéal à la  Trump Tower : «le riche Italien avec la femme splendide et la Ferrari rouge». 

Oups !  

Et d'entrer dans la surenchère : «Je suis automatiquement attiré par la beauté, je les embrasse. C'est comme un aimant. J'embrasse. J'attends même pas. Et quand tu es une star, elle te laissent faire. Tu peux faire ce que tu veux. Les attraper par la chatte. Tu peux faire ce que tu veux», nous explique Donald Trump.

Quelle horreur ....ça lui coûte 2 points.

Kennedy 1 / Trump -2

Chapitre 5 - Leur First Lady

 

"Je suis l'homme qui accompagne Jacqueline Kennedy à Paris. "C'est ainsi que Kennedy se présente en 1961 lors d'un voyage à Paris . Le général de Gaulle lui- même, dit-on , n'est pas resté indifférent devant l'élégance à la Française de Jackie régulièrement habillée par notre couturier Hubert de Givenchy. Merveilleuse ambassadrice de l'Amérique mais avec des racines Françaises , elle est une figure forte et incomparable de l'identité Américaine et de ses valeurs. Elle est la 1ère First Lady à promouvoir l'égalité entre Noirs et Blancs : lorsqu'elle se marie , elle demande à une styliste afro- américaine de concevoir sa robe . Tout est dit . 

 

Donald , aussitôt élu , aussitôt embarrassé par sa First Lady : refus catégorique de la dame de venir habiter à Washington ou plutôt de quitter sa ville de coeur et de shopping , New York. Melania , slovène, est  issue d'un milieu modeste. Quand Jackie fréquente les meilleures écoles , étudie un an à Paris et obtient un diplôme de littérature Française , Melania est mannequin à 16 ans et accepte de poser nue pour le magazine Max et bien d'autres encore .

Pourtant , elle apparaît plutôt sympathique car on la dit très timide.

Et puis , sa veste nous a un peu intrigués et pas vraiment déplu...

Conclusion : avantage Jacky , c'est sûr mais comme on aime bien Melania , on lui accorde 1 point aussi !

Kennedy 2 / Trump -1

Chapitre - Leurs positions face aux afro- américains

Encore cette année , le vote afro - américain fera la différence: face à un Donald pas vraiment gêné par les propos discriminatoires voire racistes , Kennedy a une double conscience politique: la sienne et surtout celle de son épouse, Jacky. Présente lorsque son époux reçoit discrètement Martin Luter King en 1961, elle saura , par sa seule volonté , intégrer à sa façon , la communauté afro Américaine. Comment ? Par un geste symbolique d'invitation. C'est elle , la première First Lady ,  qui intégrera des noirs  dans les listes d'invités de la Maison Blanche. En 1960, elle ose ouvrir une école mixte dans laquelle Caroline et John, ses enfants , sont scolarisés.

Alors oui , on applaudit  les prises de position du couple Kennedy !

Kennedy 3/ Trump -1

Et si Trump affrontait Kennedy en Novembre 2020 , qu'est ce qui se passerait ?

Le combat des chefs

 

Chacun son adversaire : l'URSS pour Kennedy , la Chine pour Trump !

13 jours avec la crise des missiles , 13 jours où le monde a failli basculer dans une 3e guerre mondiale , 13 jours pendant lesquels Kennedy a essayé et réussi à intimider l'adversaire russe.

 De son côté , Trump a décrété que le virus était chinois et que la situation  actuelle dramatique aux USA était de la seule responsabilité des Chinois. On peut lui reconnaître une chose : il ose défier la Chine ce que pas grand monde n'ose faire au vu des juteux contrats commerciaux signés ici et là. Mais en même temps , cette mauvaise foi permanente est un chouia agaçante : Donald  n'assume jamais ses erreurs et échecs. On le répète : agaçant...mais pour oser tenir tête à la Chine , on lui accorde 1 point.

 Kennedy 4/ Trump 0

And the winner is...

 

Le gagnant est donc John Kennedy  ( score de Trump = 0 donc nul!! ) et c'est lui , certainement , qui serait élu le 3 Novembre prochain face à un Donald  Trump dont la gestion calamiteuse de la crise pandémique laissera certainement des traces dans les résultats de la présidentielle. (https://www.lci.fr/international/a-la-peine-dans-les-sondages-trump-traite-biden-de-cingle-2163276.html)

Un Président parfait ? Bien sûr que non ! Mais une chose est certaine : la capacité à rassembler , la légitimité acquise par un discours vrai , sincère donc attachant et sans duperie aucune est absolument fondamental pour une élection Présidentielle.  Cela compte autant que l'expertise. Les Américains sont-ils prêts à réélire un Président dont la capacité à mentir et frauder est réelle , prouvée et permanente ? 

Rendez- vous le 3 Novembre prochain ...si Trump accepte le résultat puisqu'il parle déjà de fraudes !

 

Et si Trump affrontait Kennedy en Novembre 2020 , qu'est ce qui se passerait ?

Partager cet article

Repost0