Et si on installait des radars...dans nos propos ?

Publié le par Claude Borghetto

Socrate , ça vous parle?

Mais si , souvenez - nous , vous l'avez étudié en  philo en Terminales ...

Allez , feed -back vers vos jeunes années !

Pourquoi est ce que je vous parle de Socrate aujourd'hui?

Parce que j'avoue une très grande lassitude et surtout mon profond désarroi face à une déferlante de propos au mieux grossiers au pire insultants.

Deux clients hier en médiation  , heureusement pour l'un en séance individuelle , pour l'autre au téléphone . L'un traite son bailleur d' "escroc" et l'autre son frère d'"ordure" .

Oui , vous avez bien lu .Escroc et ordure .

Moi -même , je suis restée perplexe face à un mail que j'ai reçu , d'une violence symbolique très forte , écrit par une personne d'un certain niveau et avec une autre personne en copie . Ben oui , tant qu'à faire n'importe quoi , autant le faire savoir à la terre entière...

Effrayant .

Quand vous demandez aux gens pourquoi une telle dérive dans le langage, de tels propos , écrits ou oraux , la réponse est là , presque maladroite :

" Les mots ont dépassé ma pensée"

Je vous le dis franchement : il va falloir installer des radars dans le langage.

Oui , vous avez bien lu : limitations de vitesse dans nos propos !

Pesons nos mots , réfléchissons avant de parler ou d'écrire .

Ne confondons pas spontanéité et impulsivité.

La première  est , la plupart du temps, chaleureuse , agréable à l'oreille et à la vue , faite de bienveillance et d'empathie.

La seconde s'inscrit très souvent dans des affects négatifs et dans la malveillance : colère , jalousie , rancune ? On ne sait pas mais elle fait mal par où elle passe .

Et dites -vous  bien une chose : aucune blessure n'est gratuite . Aucune humiliation ne se perd.

Alors il ne faut plus émettre de critiques ?

Je n'ai pas dit cela .

Je dis simplement qu'il n'y a plus ou pas de radars dans nos langages.Nous avons des moyens colossaux d'expression qui nous autorisent une communication tous azimuts mais pas forcément réfléchie et encore moins bienveillante.

Or, vous le savez : la parole peut tuer .

Et la critique systématique est lassante et usante . Vous savez , cette critique qui se veut et se croit intelligente...

Parler pour parler , parler pour briller. Pfff.....

Oui , j'ose le dire : certaines personnes sont toxiques .

Et oui , je confirme : je les fuis comme la peste.

Je ne vois pas pourquoi je travaillerai avec des personnes malveillantes et souvent incompétentes alors qu'il y a des gens sympas et compétents! Pas envie de m'encombrer....

On revient vers Socrate?

 

Dans son test des  passoires , Socrate nous incite à nous méfier de tout ce qui est transmis sans discernement et nous invite sagement à filtrer nos paroles.

 

Filtre ou radar ? Méthode Socrate ou Borghetto ? Comme vous voulez ....

De toutes façons , la question posée par l'ami Socrate reste la même , inévitable , incontournable:

Est -ce que ce que tu as à me dire est vrai? 

Est -ce bon?

Est -ce utile?

Si ce que tu as à me dire n'est ni vrai , ni bien , ni utile , pourquoi vouloir me le dire ?

 

Sans rancune ? Un p'tit bisou?

 

 

Belle journée à tous !

Commenter cet article