Dis Pépé , t'en penses quoi de la pandémie?

Publié le par Claude Borghetto

3 Mars 2021 et je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour mon grand père italien né le 3 Mars 1900.

Pépé a fait son adolescence pendant la guerre. Paraît-il que c'est dur d'avoir 20 ans en 2020. Et 14 ans en 1914 ? C'est aussi dur , non ? 14- 18 ans sur 4 ans de guerre , des conditions sanitaires , psychologiques , collectives  peu intéressantes en ce début de 20e siècle en Italie , aie aie aie....

 

Alors , en 1918 , Pépé a dû souffler un grand coup et se dire qu'il allait pouvoir travailler , se marier , vivre , tout simplement .

Sauf que. En Italie , à cette époque , la crise économique est là et la misère pas très loin pour beaucoup de gens. Chômage , inflation , dévaluation de la lire : Pépé croyait être sorti d'affaire à la fin de la guerre mais tout était très compliqué.

Et puis , un homme , un abruti fini selon Pépé, va pointer son nez dès 1919 , se nourrissant des inquiétudes légitimes de la population : Benito Mussolini. Le prénom est sympathique , le nom ne l'est pas , le personnage est odieux et  surtout sans foi ni loi. Intimidation par la force : Pépé jusqu'à la fin de sa vie parlera  des fascistes le couteau entre les dents.

1922 : marche sur Rome et Pépé comprend que c'est plié. Misère et fascisme allant ensemble , Pépé décide de quitter son pays. La mort dans l'âme.

A 20 ans à peine , Pépé a déjà connu 4 ans de guerre , le fascisme et la perte de sa patrie. Il a aussi sauvé 2 enfants d'un incendie et reçoit quelques jours de permission pour cela.

Pépé arrive en France , se dit que tout va aller mieux , travaille , s'intègre dans son nouveau pays avec enthousiasme , lit Dumas dans le texte 6 mois après son arrivée, se marie et met en route deux magnifiques enfants dont mon père auxquels il donnera bien évidemment des prénoms...Français. Volonté absolue de s'intégrer .

Pépé a la trentaine , en pleine force de l'âge , tout va bien sauf que....

1939 : la guerre. Pépé a 39 ans , une femme et deux enfants à nourrir.

Et l'horreur , terrible  pour Pépé , survint en ce 10 Juin 1940 où son ancienne patrie , l'Italie,  entre en guerre contre la France, sa terre d'accueil. Pépé choisit la France . Bien évidemment. Là encore , volonté de s'intégrer , reconnaissance à l'égard de la France .

Pépé adorait rigoler , l'humour chevillé au corps , il le transmettra à son fils qui ...me le transmettra ! C'est ce qui a  fait tenir Pépé pendant les années difficiles, exactement comme Papa et moi. Résilience familiale....

Dans la nuit , il existe toujours une lumière grâce à l'humour ,

source de résilience bien connue !

Dis Pépé , t'en penses quoi de la pandémie?

1945 : Pépé vit la libération avec soulagement comme des millions de gens . Il a 45 ans et se dit que tout est enfin terminé . Alors , Pépé revit avec sa bonne humeur légendaire , sa convivialité sans faille , son goût des autres prononcé.

Aurait-il respecté les consignes de pandémie ? Oui , sans aucun doute ! Uniquement pour se débarrasser le plus rapidement possible de cette saleté de virus.

La belote , les copains , le tiercé , la pétanque,  les matchs de l'ASM : Pépé adorait tout cela et nul doute qu'il aurait regretté la fermeture des cafés , restaurants et stades . Mais il  se serait adapté et sans broncher! Peut être aurait-il joué en ligne pour ne pas perdre la main !!

Pépé était un homme tranquille , lisant tous les jours La Montagne avec lunettes et loupe jusqu'à 93 ans. Comme son fils , Papa,  qui épluche à 88 ans ses journaux , La Montagne en tête mais aussi Courrier international qui le passionne !

Pépé , Papa, deux forces tranquilles.

S'adapter aux contraintes , survivre , garder son calme : Pépé , il savait faire .

Sauf si le risotto était raté .  Alors  là , Pépé pouvait avoir une colère "sudiste" terrible , comme quand je volais du parmesan dans son assiette ! On ne plaisante pas avec la nourriture à fortiori si elle est italienne ! Chacun ses priorités! 😉😂

A la  veille du 8 Mars , journée internationale des Droits de la Femme , je ne peux m'empêcher de penser au profond respect que Pépé avait pour les femmes et qu'il a transmis à son fils. Battre une femme était absolument inconcevable pour lui et les rares fois où je l'ai vu ulcéré , c'était lorsqu'il parlait des hommes capables de commettre un acte aussi abject. Pépé se serait bien donné comme mission de "corriger" ce type d'hommes lui - même ! 😤 Protecteur , Pépé , et sanguin comme beaucoup d'italiens pour les sujets qui le touchent ...Féministe avant l'heure, aussi, certainement...et peut être à l'origine de mon propre féminisme , qui sait...

 Né en 1900 , mort en 1993 , Pépé aura  connu deux guerres mondiales soit 10 ans de guerre , le fascisme et la misère dans sa jeunesse italienne , Mai 68 , la crise de 1973  etc....sans Facebook , Snapchat ou Instagram. Le téléphone coûtait cher , on l'utilisait avec parcimonie.

 

Pépé n'a jamais eu de voiture : il adorait sa mobylette à laquelle il accrochait une remorque de temps en temps  et dans laquelle il installait le chien ...et moi😉 !

 

Dieu que c'était bon cette période simple , chaleureuse où le bonheur s'écrivait sans fioritures , dans une simplicité limpide !  On était ensemble et on était bien !

 

Un p'tit bisou ?

Bien sûr et buona salute a tutti ! Coraggio !

Dis Pépé, il est bon le risotto là- haut ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paul Bourgeois 08/03/2021 00:45

Merci de cette belle "histoire vraie".
Il y a tant de haine aujourd'hui à l'égard des migrants et des étrangers.
Votre message, bien dans l'esprit de la médiation, me rend espoir

Claude Borghetto 08/03/2021 12:21

Merci pour votre commentaire ! Belle journée !