Médiation : quelle vache !

Publié le par Claude Borghetto

Médiation : quelle vache !
Médiation : quelle vache !
Médiation : quelle vache !
Médiation : quelle vache !

Simple et sincère .

Voilà les commentaires à la sortie du film " La vache" ce soir à Clermont .

Je n'ai pas l'habitude d'écrire sur des films ; les rares fois où je me suis exprimée hors champ de la médiation concernait , malheureusement , les attentats.

Mais là , je ne résiste pas !

Auvergnate , petite fille de paysans donc terrienne , ce film me parle .

Jacqueline, "notre vache " , c'est à dire le héros principal du film (!) se présente comme un "pont " entre une communauté villageoise algérienne et la France rurale mais aussi parisienne par le Salon de l'agriculture à Paris .

Car il s'agit bien de cela : un paysan algérien rêve d'emmener sa vache au Salon de l'Agriculture , la Mecque des paysans ! Et il va y arriver grâce au regard bienveillant de tous ( Algériens d'abord puis Français ) sur ce rêve pas si impossible que ça : traverser la Méditerranée puis la France entière avec une vache !

Or , la médiation est souvent représentée par une poignée de mains ou...un pont !

Quelques heures plus tôt , avant de partir au cinéma une consoeur me disait , en toute simplicité et avec une franchise appréciable , ne pas vraiment comprendre les tables rondes en médiation animale. Ne surtout pas utiliser le terme " Médiation" pour une intervention...animale !

Je comprends ....que ma consoeur ne comprenne pas .

Mais j'avoue avoir été curieuse , intriguée puis carrément conquise et par l'animal et par le film !

Pour Télérama , "cette variante contemporaine de La Vache et le Prisonnier est un conte de fées, optimiste et réconciliateur."

Jacqueline , "animal médiateur" ?

Bien sûr , dans ce film , nous sommes avec une vache sympathique , joviale mais qui n'est certainement pas comparable avec l'animal , tiers utilisé dans le cadre de la médiation animale .

Pourtant , à l'heure des tensions entre Orient et Occident , notre vache tarine ( pas Auvergnate mais Tarentaise) est une véritable " passeuse d'émotions" à l'image du médiateur "passeur de mots" .

J'ai souvent l'habitude de dire à mes étudiants que je forme des gynécos car un médiateur est un "accoucheur" , capable de lever les blocages, les non- dits et d'abaisser les défenses afin de libérer une parole nécessaire pour parvenir à un accord .

Jacqueline , notre vache , a permis aux héros du film d'accoucher de vérités parfois difficiles à exprimer ( une femme et des enfants pour Djamel Debbouze , le beauf -frère ) , de lever les barrières sociales ( Lambert Wilson en comte ruiné ) , de rassembler derrière Fatsah Bouyahmed , le héros principal , débordant de sincérité , une France entière , provinciale et Parisienne en osmose télévisuelle avec le bled en Algérie !

Hé bien , je vais vous dire une bonne chose : la sincérité , ça fait du bien !

Ce soir , pas d'entrecôte à table ......

Commenter cet article