Le Club Actumediation parle de médiation pénale sur France Bleu avec le Procureur de la République !

Publié le par Claude Borghetto

Eric Maillaud , Procureur de la République TGI Clermont Fd et Claude Borghetto, Présidente-Fondatrice du Club Actumediation

Eric Maillaud , Procureur de la République TGI Clermont Fd et Claude Borghetto, Présidente-Fondatrice du Club Actumediation

Mercredi 3 Mai , les auditeurs de France Bleu ont pu avoir des explications sur la médiation pénale qui fera l'objet du 10e café Médiation du Club Actumediation jeudi 11 Mai à 18h à l'épicerie M.

Eric Maillaud , Procureur de la République , TGI de Clermont- Ferrand , était à mes côtés pour répondre aux questions de Lucie Agostinho , journaliste de France Bleu qui invite régulièrement le Club à présenter ses cafés Médiation.

Et le 10e café Médiation du Club , c'est un vrai  petit anniversaire pour lequel le Club a souhaité mettre à l'honneur un jeune médiateur , Sébastien Chaput , médiateur Auvergnat , indépendant et diplômé.

Mettre à l'honneur les jeunes médiateurs fait partie des valeurs du Club , à fortiori quand le médiateur en question est en recherche d'emploi et c'est le cas de Sébastien Chaput qui animera ce 10e café médiation !

Eric Maillaud a rappelé que seul le Procureur de la République décide d'une médiation pénale. Une infraction ne donne pas systématiquement lieu à poursuite pénale : il y a d'autres réponses pénales fort heureusement et on peut réparer un préjudice sans pour autant tomber dans le "tout répressif" excessif !  

Monsieur le Procureur a expliqué qu'il fallait l'accord de la victime pour envisager une médiation pénale : rien n'est imposé à la victime. Même si ce n'est pas évident pour la victime de s'asseoir à la même table que l'auteur des faits , il s'avère que la médiation peut être une solution voire la solution la mieux adaptée dans certains délits mineurs.

Il faut que l'auteur des faits reconnaisse avoir commis l'infraction. Le but de la médiation pénale est aussi évidemment prévenir la récidive.

Monsieur le Procureur a donné quelques exemples : conflits de voisinage , conflits familiaux, toutes les personnes amenées à se revoir et pour lesquelles il faut "travailler le lien" de façon à pérenniser les relations futures.

Eric Maillaud a rappelé que le médiateur pénal  se devait de faire un rappel à la loi  et des sanctions encourues dans un premier temps puis il oeuvrera pour mettre en place la réparation du préjudice causé et , évidemment , ne pas oublier cet objectif côté agresseur : ne plus commettre l'infraction en question.

La médiation pénale ,  forme particulière de médiation certes mais parfaitement  reconnue pour son efficacité dans les délits mineurs et toujours soucieuse de préserver les droits des victimes.  

Vous voulez approfondir ? Rendez - vous jeudi 11 Mai autour de Sébastien Chaput , Epicerie M , à partir de 18h ! Inscription : club@actumediation.com

Et on se retrouve Jeudi 22 Juin à 17h30  toujours sur France Bleu , la radio qui aime la médiation , pour évoquer  avec Lucie Agostinho le 11e café Médiation du Club Actumediation , club de médiateurs indépendants et diplômés , qui aura lieu jeudi 29 Juin à 18h sur le thème de la formation en médiation et que j'animerai moi même!

Commenter cet article