Votre cardiologue n'est pas votre gynécologue.

Publié le par Claude Borghetto

Votre cardiologue n'est pas votre gynécologue.

Vous trouvez normal que le prof de SVT de votre enfant ne soit pas son prof de français .

Quand votre épouse apprend qu'elle est enceinte , elle ne se rend pas chez l'ORL.

Qui irait demander un examen cardiaque à son gynécologue ?

Personne .

Pour la bonne et simple raison qu'ils n'ont pas l'expertise .

Les médecins sont spécialisés , comme les enseignants et bien d'autres .

Quand vous cherchez un avocat , vous cherchez aussi et surtout son domaine de prédilection et il ne vous viendrait pas à l'idée d'être défendue aux Prud'hommes par un spécialiste en Droit de la famille.

Lorsque j'ai créé le DU Médiation en Auvergne , j'ai mis en place un tronc commun et des modules spécialisés : les 2 spécialisations , scolaire et médiation des organisations , sont vraiment différentes et les étudiants sont les premiers à le dire !

Il n'est pas acceptable d'affirmer que la médiation prud'homale et la médiation scolaire sont la même chose . Un océan les sépare et surtout le Code du travail !

Arrêtons de penser qu'un médiateur peut tout faire : une médiation familiale comme une prud'homale , une médiation scolaire comme une médiation administrative . Ce n'est pas honnête .Elles n'ont rien à voir et tout le monde le sait.

L'expertise d'un médiateur vient de sa maîtrise du processus et de sa connaissance de l'environnement de la médiation ; c'est donc une double expertise !

Vous voulez faire une médiation scolaire sans connaître le fonctionnement de l'Education Nationale ? Bon courage ! Il faudra déjà passer la porte du lycée !

Et si vous le connaissez un peu , vous voulez faire une médiation scolaire sans faire de différence entre la culture de l'enseignement public et celle de l'enseignement catholique ? Bon courage encore : essayez d'appeler tout simplement "Monsieur le Proviseur" un chef d'établissement catho et vous allez vite comprendre le problème à la tête qu'il va vous faire !

Soyons réalistes ! On ne débloquera la médiation que si on prend en compte la réalité du terrain.Les faits s'imposent .

90 % des médiations judiciaires chez nous en Auvergne sont des médiations familiales et le courrier envoyé aux justiciables précise bien que le médiateur est diplômé ( et c'est souligné) et a une expertise en médiation familiale .

Sans expertise forte , claire et validée , c'est à dire par le diplôme et la spécialisation , point de salut .

Les médiateurs qui ont des flux réguliers sont la plupart du temps des médiateurs familiaux tout simplement parce qu'ils rassurent les magistrats en l'occurrence les JAF par leur diplôme et leur expertise précise .

Quand en CCI on explique à mes étudiants que sans connaissance de l'entreprise ,un médiateur ne pourra pas travailler chez eux , je l'entends et je le comprends .

Inutile de faire la sourde oreille . Soyons plutôt à l'écoute des problématiques de nos interlocuteurs, prescripteurs comme partenaires , et entrons un peu dans la culture de l'Autre .

Faisons preuve d'humilité. Sachons dire : "cette médiation n'est pas pour moi" .

Et arrêtons par pitié de laisser penser qu'il y a des milliers de médiateurs dans ce pays : il y a des milliers de personnes qui ont découvert la médiation sur quelques heures.C'est tout .

Ces pseudos confrères sont formés à la médiation le lundi , médiateurs le mardi , formateurs en médiation le mercredi , nous demandent à nous responsables de formation universitaire des heures pour être intervenants dans nos diplômes respectifs le jeudi , s'étonnent le vendredi de ne pas recevoir la légion d'honneur et réclament pour le week - end la création d'un Prix Nobel en médiation qu'ils seraient évidemment les premiers à recevoir !

Quelle semaine chargée....

Arrêtons d'être arrogants , développons la médiation .

Publié dans news

Commenter cet article